Article

Ryan Tran – Nouveaux horizons : les futurs dirigeants de CBRE

07 novembre 2022 5 Minute Read

Clock in restaurant bar

Ryan Tran adore vraiment ce qu’il fait. On voit qu’il se passionne pour l’immobilier commercial, l’hôtellerie et Toronto, même sur un écran d’ordinateur ou dans ses courriels.

Diplômé de la Schulich School of Business de l’Université York, Ryan Tran a travaillé pendant plusieurs années comme comptable avant de décider de se consacrer à sa passion et de faire le saut dans l’immobilier commercial. Il est entré au service de CBRE comme vice‑président du Groupe des actifs alternatifs en 2020.

Même s’il a aujourd’hui à son actif près d’une dizaine d’années d’expérience et d’expertise de la profession, Ryan Tran se rappelle parfaitement les difficultés qu’il a dû affronter pour percer dans la profession. Voilà pourquoi il a profité de toutes les occasions qui se sont offertes à lui pour guider la prochaine génération de professionnels de l’immobilier commercial : il n’a jamais oublié, chemin faisant, ses propres mentors.

Nous lui avons parlé des meilleurs conseils professionnels qu’on lui a donnés, de ce qu’il souhaitait savoir dès son premier jour de travail et de ce qui l’enthousiasme à propos de l’avenir de l’hôtellerie de Toronto.

Qu’est‑ce qui vous inspire dans l’industrie hôtelière à Toronto?

Ce qui m’inspire vraiment, c’est la résilience de ce secteur. Il a nettement été l’un des plus durement malmenés par la pandémie. Or, l’avenir s’annonce aujourd’hui prometteur, et nos clients reprennent du mieux.

Travailler à Toronto apporte toujours un point de vue nouveau et inventif sur le secteur de l’hôtellerie de cette ville. Il n’y a jamais vraiment de routine. Il y a toujours des hôteliers qui s’allient à de nouvelles marques ou qui mènent d’importants travaux de rénovation – comme l’Hôtel Thompson, qui s’appelle aujourd’hui 1 Hotel, ou l’Hôtel Drake, qui vient de se doter d’une toute nouvelle annexe, dans laquelle sont aménagées des chambres branchées et au goût du jour. Être témoin de toute cette activité, c’est très inspirant.

Quel est le meilleur conseil qu’on vous ait donné depuis que vous avez commencé votre carrière dans l’immobilier commercial?

Il faut toujours être prêt à apprendre, que ce soit auprès des chefs d’équipe, des analystes, des collaborateurs ou du personnel de soutien et de tous ceux et celles qui nous entourent. Dans ce secteur, les professionnels sont très collaboratifs et solidaires. Tous sont ouverts à l’échange d’idées nouvelles et de règles de l’art.

Si vous pouviez remonter dans le temps et revivre votre première journée de travail, quel conseil vous donneriez-vous à vous-même?

Le conseil que je me donnerais, c’est de suivre sa passion. J’ai su dès le début que je me passionnais pour l’immobilier commercial. Or, j’ai commencé par travailler en comptabilité, ce que j’ai fait pendant plusieurs années. Donc, si vous savez que vous vous passionnez pour un métier, allez‑y! N’attendez pas.

Qu’est-ce qui vous a le plus étonné d’apprendre au début de votre carrière?

La puissance de l’équipe. Dans le cadre de différents mandats, on finit par apprendre à connaître différents styles de leadership, différentes personnalités et toutes sortes de règles d’éthique professionnelle. C’est important de trouver la bonne équipe et les compétences voulues pour vraiment mener à bien ses activités.

De quelle transaction êtes‑vous le plus fier et pourquoi?

Le courtage de la vente de l’Hôtel Four Seasons à Toronto. J’ai vraiment vécu une expérience exceptionnelle, compte tenu de la très grande médiatisation de cette transaction. Il s’agit d’une chaîne hôtelière mondiale qui a été fondée à Toronto et qui a son siège social dans cette ville, et c’était son nouvel hôtel fleuron, ici même dans la ville d’origine de cette chaîne.

Dirigée par Mark Sparrow et Luke Scheer, de CBRE, notre équipe a eu l’occasion de vraiment réaliser une campagne de marketing mondiale. Je me souviens qu’à la toute fin, après avoir conclu la transaction, notre équipe a eu l’occasion de trinquer dans le hall d’entrée de l’hôtel. C’est vraiment un moment dont je suis fier.

En quoi votre regard est‑il unique et utile pour les clients?

Depuis que je suis entré au service de CBRE, j’ai eu l’occasion exceptionnelle d’aider à établir et à développer notre Groupe des actifs alternatifs. Notre équipe s’est vraiment mobilisée dans un partenariat prodigieux du point de vue de nos connaissances et de notre expertise dans l’hôtellerie, les résidences pour aînés et les logements pour étudiants. Il y a vraiment beaucoup de synergies dans ces catégories d’actifs, ce qui permet vraiment à notre équipe de suivre de près nos clients et l’évaluation qu’ils font des perspectives, ainsi que les décisions qu’ils prennent lorsqu’il s’agit d’investir dans tous ces secteurs.

Notre équipe est vraiment fière de la grande qualité des services que nous offrons aux clients. Nous essayons vraiment de tout mettre en œuvre dans nos efforts de marketing en tâchant de trouver des moyens nouveaux et enthousiasmants de leur faire connaître les perspectives qui s’offrent à eux.

Quels sont les plus grands défis à relever par les jeunes qui souhaitent commencer à travailler dans l’immobilier commercial?

Le plus grand problème, c’est de vouloir tout avoir tout de suite. Je crois que nous sommes tous coupables de ce problème dans une certaine mesure. Nous voulons tout de suite décrocher un certain poste ou conquérir une certaine clientèle. Or, il faut d’abord bâtir les fondations. Il faut pousser son intérêt toujours plus loin et apprendre à connaître le secteur.
Après quelques années, on finit par avoir l’expertise, les connaissances et la confiance qui permettent d’accompagner les clients et de résoudre tous les problèmes. Si vous avez dès le départ l’éthique de travail et la volonté qu’il faut pour bâtir ces fondations, vous serez vraiment en meilleure posture à long terme.

Que faites‑vous pour aider d’autres jeunes dans ce domaine?

Je tâche toujours d’être accessible. Je crois que c’est absolument essentiel. Qu’il s’agisse de bavarder un peu autour d’un café ou de faire des recommandations dans mon réseau, je pense qu’il est important de consacrer du temps aux autres et de les aider. Je me rappelle avoir été dans la même situation : à l’époque où je me suis porté candidat pour mon premier emploi, je tâchais de percer dans ce secteur. M’asseoir avec des gens et apprendre de leurs expériences m’ont été très utile. À mon tour, je cherche aussi à donner du temps aux autres.

Avez‑vous des conseils à donner aux autres qui viennent à peine de lancer leur carrière dans l’immobilier commercial?

Il faut être présent partout. Le réseautage est absolument nécessaire. Il faut être prêt à faire connaissance avec de nouvelles personnes. Il faut toujours garder l’esprit ouvert.

Ce secteur est très soudé. Nombreux sont ceux qui sont prêts à apporter de l’aide et à donner des conseils pour apporter des solutions. Si on a l’esprit ouvert, on peut faire connaissance avec des personnalités très différentes, qui ont aussi divers points de vue. On ne sait jamais : quelqu’un que vous contactez aujourd’hui peut vous recontacter un jour. Il se peut qu’il finisse par devenir un client ou un partenaire professionnel. Qui sait?

Perspectives connexes

Restez à l’affût

Joignez-vous à la cohorte de professionnels du secteur qui reçoivent nos dernières nouvelles par courriel.