Article

Le travail hybride : mode d’emploi vers la réussite

28 juin 2022 5 Minute Read

Get hybrid work right

Au début de l’année 2022, Lisa Fulford-Roy a non seulement présenté des conférences, mais s’est également entretenue avec des chefs d’entreprise canadiens. Selon elle, un constat s’impose : les dirigeants ont du mal à comprendre le concept de travail hybride et la manière de le mettre en place.

« En réalité, le processus de retour au bureau se trouve encore dans une phase très expérimentale d’essais et d’erreurs et nous commençons tout juste à sentir le véritable pouls des employés. Si, pour certains, il s’agit d’une formidable occasion d’innover, nombreux sont ceux qui abordent le travail hybride avec prudence », selon Lisa Fulford-Roy.

Lisa Fulford-Roy s’est entretenue avec l’équipe des Perspectives avantageuses dans le but de faire le point sur la situation actuelle du retour au bureau et des nombreux défis à relever dans l’avenir.

Que direz-vous de l’état d’esprit qui règne en ce moment au bureau?

Selon le Sondage d’opinion de CBRE de 2022, le retour au bureau se fait lentement et la plupart des employeurs doivent repenser les nouvelles façons de travailler en misant sur l’importance du milieu de travail. Au cours du premier trimestre de l’année 2022, seulement 36 % des employeurs étaient en phase de planification pour trouver leur modèle de travail hybride ou flexible. Cette part devrait gonfler d’ici la fin du deuxième trimestre pour atteindre 77 %. Il reste donc 13 % des employeurs qui laissent la décision à la discrétion de l’employé et 10 % des employeurs qui demeurent incertains.

Les employés et leurs patrons ne semblent pas partager la même vision du retour au bureau.

Nous sommes à la croisée des chemins : la fracture entre les dirigeants et les employés est profonde. Après plus de deux ans en télétravail, les employés ont fait preuve de productivité et de sérieux quant au travail effectué de la maison. Ils désirent conserver leur autonomie et une flexibilité tout en trouvant une façon de restructurer leur routine pour venir au bureau de manière ponctuelle. Pour eux, la flexibilité s’inscrit en deuxième place parmi leurs principales considérations après la rémunération.

La vraie question est donc de savoir comment les dirigeants parviendront à trouver le bon équilibre lorsqu’il est question du travail en mode hybride. Les données d’avant la pandémie nous ont démontré que les dirigeants d’entreprise qui tiennent compte des besoins de leurs employés et qui transmettent clairement l’importance de revenir au bureau sont plus enclins à réussir un retour au bureau motivant et durable.

Les organisations doivent-elle revoir les principaux indicateurs de rendement et réévaluer les façons dont elles mesurent la productivité dans au sein de leur nouveau modèle de travail hybride?

Nos sondages nous démontrent que les employés sont plus satisfaits, plus engagés et plus productifs en ayant un modèle de travail hybride ou entièrement à distance. Voilà pourquoi la prémisse de la productivité comme moyen ou mesure pour inciter le retour au bureau n’est pas si convaincante pour de nombreux employés. Mais alors, qu’est-ce qui les inciterait à revenir? Et, qu’est-ce qui est en jeu pour les entreprises si les employés restaient en télétravail?

Bon nombre d’employeurs et d’employés s’accordent pour dire que les technologies virtuelles et le télétravail ne remplacent pas les moments fortuits, les activités d’apprentissage et d’encadrement, les échanges d’idées, les collaborations efficaces et l’engagement envers l’entreprise, tous découlant des rencontres en personne.

Être avec ses collègues en personne figure comme étant la première raison pour laquelle les employés veulent revenir au bureau. Toutefois, la fréquence à laquelle ils veulent venir au bureau est très variable.

Le profil spécifique de l’employé est également important, n’est-ce pas?

Tout à fait. Est-ce qu’il y a des postes spécifiques qui conviennent mieux au télétravail à temps plein ou temps partiel? Puis, pourrait-il y avoir un avantage stratégique à disposer de plusieurs modèles de travail hybrides au sein d’une même organisation? Nous pouvons envisager un modèle essentiellement à distance pour des postes tels qu’informaticiens, analystes de données et spécialistes ou préposé du traitement des données ou bien une formule entièrement à distance dans une nouvelle région afin d’exploiter de nouveaux talents.

En vue de trouver le juste équilibre sur le long terme, les organisations doivent être conscientes que l’opinion des employés continuera de fluctuer en raison d’une variété de facteurs, notamment de la démographie, des étapes de vie, des conditions de vie, du trajet menant au bureau, du mode de vie et du stade d’évolution de la carrière.

Dans quelle mesure la culture et la participation en personne sont-elles importantes pour les employés?

Il s’agit toujours de la principale raison pour laquelle les employés veulent venir au bureau. Nous savons également que les organisations s’efforcent de créer des expériences évocatrices pour les employés. En effet, les organisations qui tentent d’harmoniser leurs solutions en milieu de travail aux besoins en matière d’espace, de relations et de culture, grâce à une vision à 360 degrés, atteignent ainsi un taux très élevé de satisfaction et d’engagement venant des employés.

Quelle importance faut-il accorder à l’aménagement des bureaux?

Les bureaux, tels qu’ils étaient conçus avant la pandémie, offraient peu de moments marquants pour ses utilisateurs. Il est essentiel que l’expérience soit meilleure que celle vécue à la maison. Le nouveau rôle du bureau repose sur les éléments appréciés des employés et des équipes lorsqu’ils sont en présentiel.

Certains de ces changements consistent en d’importants et de nombreux services et installations visant à promouvoir la santé, le bien-être et l’esprit de communauté, notamment grâce à des aires de repos, des cafés conçus pour le travail, des bars technologiques, des salles de projets, des terrasses ainsi que des lieux propices au renforcement de la culture et de l’engagement, tels que des zones de jeu. Bon nombre de ces installations peuvent se transformer en postes de travail informels pour offrir du choix et du confort tout au long de la journée de travail.

Il en demeure que, pour un employé, le plus grand atout d’un milieu de travail ce sont d’autres employés.

Que recommanderiez-vous aux entreprises qui attendent encore de voir comment la situation évolue?

Tandis que la définition de l’avenir du travail et du rôle du milieu de travail soulève des questions, des remous et même un certain malaise, rester inactif représente sans doute le scénario le plus risqué de tous. Si nous sommes à l’écoute de nos utilisateurs de bureaux et que nous répondons à leurs attentes – en respectant leurs critères clairement définis –, nous disposons d’une occasion en or de recadrer, de renouveler et de transformer le milieu de travail en lieu où se produit une suite de moments qui comptent, attendus avec impatience par les employés.

Restez à l’affût

Joignez-vous à la cohorte de professionnels du secteur qui reçoivent nos dernières nouvelles par courriel.